Archives du mot-clé brahmane

Les fakirs

vignette

« De même que l’âme est enfermée dans le corps ;
« Que l’amande est cachée par son enveloppe ;
« Que les nuages voilent le soleil ;
« Que les vêtements dérobent la vue du corps;
« Que l’œuf est comprimé par sa coque ;
« Et que le germe se repose dans l’intérieur de la graine,
« De même la loi sacrée, a son corps, son enveloppe, ses
nuages, ses vêtements, sa coque, qui la dérobent à la connaissance
de la foule.
« Tout ce qui a été, tout ce qui est, tout ce qui sera, tout ce qui a été dit, se trouve dans les védas. Mais les védas n’expliquent pas les védas, et ils ne peuvent être compris, que quand la main du gourou les a dépouillés de leurs vêtements, a dissipé les nuages qui voilent leur céleste lumière. »
Agrouchada-Parikchai
(compendium philosophique des spirites indous).


Juste un mot sur les fakirs avant de laisser la parole à notre auteur indianiste Louis Jacolliot qui présente le parcours et la vie d’un brahmane de la naissance à la mort dans la première partie de l’ouvrage dont nous avons extrait les passages ci-dessous. Les fakirs sont dans la tradition des brahmanes les initiés du premier degré « après avoir passé vingt ans de leur vie, macérant leur corps par le jeune et les privations de toute nature, assouplissant son intelligence par les prières, les invocations et les sacrifices» mais qui ne seront pas initiés du second degré. Il faut vingt ans pour passer d’un degré à un autre quand on réussit, et il y en a trois sans parler des vingt ans après.
Lire la suite

Dialogue entre un brahmane et un missionnaire sur la question de Dieu

vignette« Il faut étudier pour savoir, savoir pour comprendre, comprendre pour juger. » Louis Jacolliot (1837-1890)

Afin de rendre la lecture plus fluide, nous insérons au début de chaque article des liens de cette série inédite d’une vingtaine d’extraits de plusieurs ouvrages sur l’origine du christianisme et ses rapports avec les anciennes religions de l’Inde, bref une comparaison de la Bible avec les anciens textes sanscrits. C’était l’oeuvre de Louis Jacolliot (1837 – 1890), magistrat français aux Indes au temps de la colonisation.

* * * * *

Nous avons présenté lors de la publication du dernier article au sujet du monothéisme quelques extraits d’un auteur aujourd’hui complètement oublié pour ne pas dire enterré, Louis Jacolliot. En parcourant ses écrits en matière de religion et de spiritualité, nous avons décidé de continuer à le présenter sur notre site dans une série de plusieurs articles sur le thème du rapport entre l’Occident et l’Orient. En parcourant la toile, on s’aperçoit que cet homme de lettres du XIXe siècle n’est pas perçu à sa juste valeur. À un auteur de plusieurs dizaines d’ouvrages, Wikipedia consacre quelques lignes en laissant croire que ses travaux ne sont pas fiables d’après des spécialistes de l’Inde. Nous connaissons l’opinion de Wikipedia sur les questions sensibles. Il ne faut pas compter sur lui pour aller vers la lumière. Sinon il existe bien un site qui lui consacre une biographie plus fournie, mais là, on retient seulement ses œuvres littéraires en rapport avec les voyages. Par contre il y a pas mal de sites en espagnol ou en anglais qui parlent de lui : nul n’est prophète dans son royaume ? Pour ceux qui connaissent le monde des lettres et des éditions, la meilleure façon d’enterrer un auteur c’est de ne pas en parler, le silence assourdissant suffi à se retourner contre l’auteur visé. Nous posons alors une question en corollaire : est-ce qu’une œuvre connue des médias, encensé par les spécialistes et présenté à la meilleure place dans une librairie est une preuve, un garant de qualité ? Nous laissons la réponse à nos internautes pour nous borner à extraire d’autres passages de Jacolliot qui nous semblent intéressants pour la compréhension de notre passé commun de l’humanité toute entière. Dès aujourd’hui nous pouvons annoncer à nos lecteurs que cette série d’articles comporte plusieurs épisodes. Nous allons voir successivement la version indienne :
– de la création des premiers hommes : Adima et Héva qu’on pourra ainsi comparer avec la Genèse de la Bible ; Lire la suite