Archives du mot-clé civilisations anciennes

Minos et la Grèce

vignette

« Un homme donne à l’Inde des lois politiques et religieuses, et il s’appelle Manou. Le législateur égyptien reçoit le nom de Manès. Un Crétois se rend en Égypte pour étudier les institutions dont il veut doter son pays, et l’histoire conserve son souvenir sous le nom de Minos. » Louis Jacolliot ( 1837 – 1890), La Bible dans l’Inde.

Afin de rendre la lecture plus fluide, nous insérons au début de chaque article des liens de cette série inédite d’une vingtaine d’extraits de plusieurs ouvrages sur l’origine du christianisme et ses rapports avec les anciennes religions de l’Inde, bref une comparaison de la Bible avec les anciens textes sanscrits. C’était l’oeuvre de Louis Jacolliot (1837 – 1890), magistrat français aux Indes au temps de la colonisation.

* * * * *

La preuve la plus irréfutable de l’influence de l’Inde sur la Grèce est dans ce fait, sur lequel nous nous sommes déjà fort longuement étendu, que le sanscrit a formé la langue de ce pays. En effet, tous les noms des époques fabuleuses et héroïques des dieux et des demi-dieux, tous les noms des peuples que la Grèce nous a transmis sont du sanscrit presque pur ; on peut dire également que la plupart des mots qui composent cette langue et sa syntaxe ont la même origine, et cela sans craindre le plus léger démenti, et, si les discussions pouvaient se produire sur ce terrain, il nous serait facile de démontrer que cette assertion est simplement une vérité mathématique qui, comme telle, peut vigoureusement s’affirmer et se prouver. Aussi ne consacrerons nous que quelques lignes au législateur crétois, dont l’oeuvre écrite, du reste, ne nous est pas parvenue.
Minos a une origine incontestablement asiatique; l’histoire grecque le fait venir de l’Orient en Crète, où le peuple, frappé de sa sagesse, lui demanda des lois. Il se mit alors à voyager en Égypte, dont il étudia les institutions ; l’Asie, la Perse et les rives de l’Indus le virent à leur tour interroger les traditions et les législations antiques, puis il revint donner aux Crétois son livre de la loi, qui, peu après, fut adopté par la Grèce entière.
Ce fut probablement à la suite de ses voyages qu’il reçut le nom de Minos, dont, ainsi que nous l’avons dit, la racine sanscrite signifie : législateur, et on conçoit qu’en présence de ses pérégrinations en Égypte et en Asie, en présence de son origine orientale, nous nous trouvions à l’aise pour le rapprocher de Manou et de Manès et émettre l’opinion, attestée par les faits, puisqu’il est remonté aux sources primitives pour s’instruire, qu’il s’est inspiré des oeuvres des législateurs indous et égyptiens, et qu’il a tenu à honneur de s’approprier le titre honorifique que la reconnaissance des peuples avait décerné à ses deux devanciers. Lire la suite

Les pyramides d’Égypte : mystères et découvertes

Mystères et découvertes

Un documentaire vidéo comme on aimerait voir plus souvent sur les écrans : les bâtisseurs des Pyramides d’Égypte connaissaient le nombre d’or (φ), Pi (π) ; la précision des constructions est de l’ordre du dixième de millimètre, rapportée à des dimensions de l’ordre des centaines de mètres, cela mérite l’admiration car même avec des instruments de précision moderne de notre époque on ne sera pas capable d’atteindre cette prouesse technique. On y découvre entre autres les rapports entre l’Île de Pâques, la grande pyramide de Gizeh, Tassili N’ajjer (Algérie), Petra (Jordanie), Persépolis (Iran), Ur (Sumer-Irak), Mahenjo Daro (Pakistan), Khajuraho (Inde),Pyay (Birmanie), Sukhothai (Thailande), Angkor Vat et Preah Vihea (Cambodge), Shen-hsi (Chine), Teotihuacan (Mexique), Machu-Pichu, Cuzco, Nazca (Pérou), etc., que les pyramides d’Égypte ont résisté aux tremblements de terre qui se sont produits au cours de l’histoire. « Pour la première fois dans l’Histoire, est-il écrit sur la page de présentation du film, un paradigme historique scientifiquement valide et solide vous est directement présenté, à lui seul capable d’ébranler la construction artificielle imposée par l’enseignement grâce au mépris des faits dérangeants : ces faits qui –  de la taille des grandes pyramides parfois – n’entrent pas dans le palais officiel du savoir prétendu rationnel, et qui, tôt ou tard, remettront en cause nos connaissances. » Mais hélas, on reste sur notre faim de savoir comment et avec quels outils ces bâtisseurs ont construit ces pyramides. Lire la suite